Actualités·Infos candidats·Témoignages

Trois Nouveaux Témoignages

15894782_1321245594614484_2910769778344636004_n

Voici trois nouveaux témoignages d’étudiantes en L1, qui ont obtenu leur concours en 2016 au CFUO de Nantes. Bonne lecture !

 

Oral individuel

Marie (L1)

Nous n’étions que cinq candidats lors de l’oral (car deux désistements). La secrétaire nous a installées dans une salle de classe où l’on doit remplir la feuille d’information (la même que l’année dernière). Elle est revenue chercher les feuilles pour les imprimer en plusieurs exemplaires pour le jury, puis nous avons été convoquées une par une (20 minutes d’oral et le jury délibère pendant 15 minutes). Pendant qu’une candidate passait, nous étions donc dans la salle de classe à attendre notre tour (je ne suis passée qu’à 17h en étant convoquée à 13h), ce qui permet de faire connaissance.

Le jury était composé de deux orthophonistes (une un peu tatillonne pas méchante et l’autre amorphe mais gentille) et d’une pédopsychiatre (assez sympathique et investie dans l’oral). Dans un premier temps, elles se sont appuyées sur notre feuille d’information pour poser des questions. Elles m’ont donc questionnée sur mon parcours, pourquoi j’ai choisi l’orthophonie, mes centres d’intérêt etc. On m’a ensuite posé différentes questions, comme :

« Si vous n’avez pas le concours cette année qu’est-ce que vous comptez faire ? »

« Quel serait le défaut qui vous empêcherait de faire ce métier ? »

« Votre qualité principale pour ce métier ? »

« Est-ce que vous pensez qu’une orthophoniste peut rééduquer toutes les pathologies ? »

« Qu’est-ce que l’empathie pour vous ? »

« Pourquoi pas infirmière ? »

« Que faites vous si un petit de 3-4 ans vient en consultation en étant collé à sa mère, qu’il ne veut pas la lâcher, et qu’il pique une crise de colère ? »

« Pourquoi est-ce qu’il réagit comme ça à votre avis ? »

« Quelles sont vos peurs ? »

« Que faites-vous si un nouveau patient vous appelle ou vient vous voir pour prendre rdv mais que vous ne vous sentez pas capable de le rééduquer (dans le sens du manque de connaissances de cette pathologie) ? »

« Pensez-vous qu’une orthophoniste peut avoir des préférences en matière de pathologies à rééduquer ? »

Caroline (L1)

Tout d’abord, si vous pouvez être hébergé(e) chez l’étudiant(e), je vous le recommande ! L’étudiante était super sympa, (je la remercie beaucoup), vous avez de la compagnie et pourrez ainsi moins stresser.

J’ai eu l’heureux hasard de passer l’oral de Nantes à la même heure qu’une amie de prépa. J’étais (évidemment) anxieuse. Je m’étais entraînée à un oral de présentation trois fois par téléphone avec une professeure, mais ça n’est jamais la même chose qu’un face-à-face avec un « vrai » jury. Nous étions un groupe de 7. J’étais la seule à n’avoir qu’un seul oral à cet instant. Je suis passée en dernière pour l’oral individuel,  j’ai donc pu avoir tous les comptes-rendus…

C’est mon tour. Le jury était composé d’une psychologue, une orthophoniste, et d’une autre professionnelle de santé. L’orthophoniste m’a demandé de me présenter. Pas trop de problèmes, je m’étais entraînée (je connaissais les principaux points à développer, mais ne l’apprenez pas par cœur !). L’orthophoniste me demande ensuite si ma capacité en dessin et mon perfectionnisme ne me feront pas perdre de temps si je veux illustrer, et  je lui répond sans trop de difficulté en argumentant. Puis, elle me questionne sur mon expérience avec les jeunes enfants, si j’ai fait du baby-sitting. Je n’en avais jamais fait, mais j’avais gardé mes frères et sœurs (je m’en suis voulue d’avoir oublié mes petits cousins…). Je sentais déjà que c’était une expérience qui me manquait et me ferait sans doute tort. On m’a ensuite demandé quel comportement j’adopterai avec un enfant turbulent, ne respectant pas les règles de politesse… etc. J’ai essayé de m’en sortir, sans être convaincue de mon argumentation, que je trouvais un peu bancale. Au fur et à mesure, nous avons parlé de la communication, de choses et d’autres, et soudain elles m’ont demandé : « Selon vous, quelle différence y-a-t-il entre les animaux et les humains ? ». J’ai parlé de notions comme la conscience, être conscient du temps qui passe et du passé/futur (j’ai quand même évité la mort !)… Toutes trois essayaient de me guider, faisaient de gros yeux interloqués accompagnés de « mais voyons !… ». Quand enfin, d’une petite voix, j’ai dis « le langage ». Elles ont soupiré en s’écriant « ah ben enfin ! » tout en retombant sur leurs chaises, je me suis dit que je ne passerai jamais. J’étais très mal à l’aise à ce moment-là, je ne savais plus où me mettre. J’avais perdu espoir, et ce fut au tour de la psychologue : « Pourquoi ne pas vous être orientée vers la psychologie ? ». Là, je me suis retrouvée bête. Je savais pourquoi je ne voulais pas faire prof, mais pas psychologue. J’ai répondu que je ne savais pas, que je ne m’étais jamais posé la question. Elles m’ont aussi demandé dans quelles situations je pouvais avoir un fou rire !

Louise (L1) :

Le jury était composé d’une phoniatre qui posait la grande majorité des questions, d’une orthophoniste et d’une psychologue. J’ai été surprise en bien, car il n’y a eu aucune question gênante, et le jury était assez bienveillant. J’étais plutôt à l’aise. Cependant, la phoniatre pose énormément de questions, et rebondit sur chaque idée évoquée, donc je n’ai pas eu le temps d’expliquer le fond de ma pensée parfois. Mais je sentais qu’il y avait un réel intérêt pour qui j’étais, c’était agréable !

Exemple de questions:

« Que faites-vous si vous n’obtenez aucun concours cette année? (j’avais répondu que j’allais faire une 2e année de prépa) »

« Pourquoi ne pas intégrer une fac l’année prochaine ? « 

 » Pourquoi ne pas faire professeur des écoles ? « 

« Quels sont selon-vous les côtés négatifs de la profession ? « 

« Quelles sont vos passions ? « 

« Vous avez découvert l’orthophonie en seconde. Quels sont les risques lorsqu’on choisit son orientation alors que l’on est si jeune ? « 

« Quel serait selon vous l’intérêt pour un enfant de ne pas se montrer coopératif/motivé lors de la rééducation ? « 

Il y en a eu beaucoup d’autres, mais il est difficile de toutes les retrouver!

samuel johnson meme.jpg

Exercice à la fin de l’oral individuel

Marie (L1)

Le jury m’a donné un texte assez court à lire (pas à voix haute), je devais ensuite donner les idées principales de ce texte. Elles ont rapidement posé des questions dessus : pour ma part c’était un texte sur les jeunes enfants et leur rapport aux mots, le lien entre l’aspect fictif d’un mot qui est inventé pour définir une chose concrète du réel et le rôle de l’entourage de l’enfant dans cet apprentissage.

Caroline (L1)

Le jury s’est concerté et a choisi un texte que je devais lire (intérieurement). Je devais en faire un résumé, et dire ce que j’en pensais. On m’a également demandé de relire une phrase qui me semblait importante. L’oral individuel est terminé, au bout de 15-20 minutes, et je suis découragée. J’ai trouvé le jury assez sévère, cherchant beaucoup la petite bête. Même si au moins il ne m’a pas laissé m’égarer dans des questions philosophiques !…

Louise (L1)

Le seul exercice consistait à lire un texte silencieusement, puis de dégager les idées principales. Il était court. Pour ma part c’était un extrait de Comme un roman de Daniel Pennac. Cela a l’air facile, mais il ne faut pas se laisser perturber par le stress au moment de la lecture, je me souviens avoir dû faire un effort pour me focaliser sur le texte.

 

Oral de groupe :

Marie (L1)

Pour l’oral de groupe, nous étions assises en rond et le jury était avec nous dans le cercle. La pédopsychiatrie a lu un texte, il fallait en débattre pendant 15 minutes. C’était un texte dans lequel le narrateur racontait ses souvenirs de correspondances épistolaires avec son amour de jeunesse, il y expliquait à quel point l’expérience de l’écriture était merveilleuse, que les lettres complétaient leurs rencontres réelles, que c’était complètement différent de la parole…etc.

Caroline (L1)

J’ai essayé de me remotiver pour l’oral de groupe qui venait juste après mon oral. La psychologue a lu un texte dans lequel il y avait un exemple sur la communication des abeilles, dont le jury m’avait parlé lors de l’oral individuel ! Était-ce voulu, je ne sais pas. D’une longueur moyenne, ce texte était intéressant, nous n’avons pas eu trop de mal à rebondir sur son contenu. Mon amie m’a laissé la parole, j’ai laissé la parole à une autre. J’ai beaucoup apprécié cet échange même s’il était peu naturel, car il était intéressant et respectueux. Il a duré environ 15 minutes, j’ai dû prendre deux ou trois fois la parole.

Louise (L1)

Nous étions 8 candidates. Nous avions eu le temps de parler toute l’après-midi ensemble entre chaque oral individuel, ce qui a permis d’être plus à l’aise durant cet oral de groupe. Une candidate avait même ramené un jeu de cartes, ce que je vous conseille vivement, c’était un bon moyen pour faire connaissance et se détendre ! L’orthophoniste nous a lu un texte assez long (environ une page et demie). Il était compréhensible mais il a fallu beaucoup de concentration pour retenir les idées principales. Je vous conseille de réfléchir à un moyen d’entamer la discussion durant la lecture, même si cela vous fait peur. Ce n’est pas facile de se jeter à l’eau en premier, mais c’est moins gênant que de supporter un silence de 2 minutes car personne ne sait par où commencer !

Pour conclure

Marie (L1)

Ce n’était pas un oral désagréable et les autres candidates étaient sympathiques !

Caroline (L1)

Je ne pensais pas avoir cet oral, au vu de mon ressenti pour la partie individuelle. De plus, nous ne connaissions pas non plus nos notes de dissertation…J’ai finalement été admise 5e sur liste complémentaire ! Comme quoi, même quand on n’y croit pas, les miracles sont possibles 😊

Bonne chance et bon courage (eh oui, on a besoin des deux pour ce concours 😉 !) !!!

Louise (L1)

Je suis arrivée à 13h20 et nous avons fini vers 19h. C’était une longue après-midi, mais pas aussi redoutable que je pensais. Le principal selon moi est de rester soi-même, et d’être prêt à justifier ses choix, et ses idées. Je pense que les multiples questions ne sont pas là pour nous faire douter, elles sont au contraire l’opportunité de dévoiler notre personnalité.

Bon courage à tous, et surtout croyez en vous !

67231816.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s